Choix de la langue

Veuillez sélectionner la langue souhaitée.

Audi promeut l’économie circulaire

La durabilité constitue la base d’une action économique. C’est pourquoi Audi réduit en permanence son empreinte écologique, par exemple par une gestion responsable des ressources. Sa vision est l’économie en boucle fermée: Réduction. Réutilisation. Recyclage.

Audi produit sans eaux usées

Pour atteindre l’objectif ambitieux de l’économie circulaire, Audi pense en termes de durabilité, et cela débute dès la production. La vision: produire les véhicules sans aucun effluent sur tous les sites d’Audi. Le site mexicain de San José Chiapa est un exemple en la matière. Toutes les eaux usées sont traitées pour venir alimenter de nouveau le circuit hydraulique de l’usine. Une fois épurée, l’eau parfaitement hygiénique est réutilisée en production ou par exemple pour l’arrosage des espaces verts. L’étape suivante est de réaliser une économie encore plus conséquent quant à la consommation d’eau des nappes phréatiques.

Réparer plutôt que de mettre au rebut

L’économie circulaire mise également sur le recyclage: le traitement industriel de pièces usées dans la qualité des pièces d’origine appelé «Remanufacturing» et leur distribution dans le secteur des pièces de rechange offrent une valeur ajoutée considérable. Et ce, non seulement d’un point de vue écologique, mais également d’un point de vue économique puisque cela engendre une réduction de coûts. Dans le programme de traitement Exchange 2.0, les dysfonctionnements du système mécatronique sont identifiés au moyen d’un diagnostic numérique, puis sont analysés et réparés. Ce programme est actuellement à l’essai sur les boîtes de vitesses et devrait être étendu à d’autres pièces de rechange.

Recyclage de la batterie

En 2025, une Audi sur trois devrait être électrique. Le besoin en batteries continuera donc de croître. Audi s’engage à concevoir le cycle de vie de ces batteries dans le plus grand respect de la durabilité et est depuis 2017 un membre actif de la Global Battery Alliance. Les thèmes majeurs de cette alliance sont aussi bien la défense des droits de l’homme et des normes sociales lors de l’exploitation des matières premières, que la conception de solutions pour la réutilisation des batteries lithium-ion. Audi conclut d’autre part des partenariats de recherche, notamment avec le groupe de recyclage Umicore, afin de développer un circuit pour les composants des batteries haute tension permettant de les réutiliser. Les batteries usagées jouissent ainsi d’une «seconde vie» à l’usine-mère d’Ingolstadt, où elles propulsent actuellement des chariots élévateurs et des tracteurs à des fins de test. «Chaque batterie lithium-ion renferme une dépense en énergie élevée et de précieuses ressources qu’il convient d’exploiter au maximum», déclare Peter Kössler, responsable de la production et de la logistique d’AUDI AG. En matière de mobilité électrique, Audi réfléchit donc simultanément à un concept de seconde utilisation judicieux pour les batteries.

Préserver les ressources telles que l’aluminium

L’aluminium également est utilisé dans les batteries d’Audi, à savoir dans leur boîtier. Ce métal léger est obtenu à partir de bauxite avec une importante dépense d’énergie. Pour réaliser des économies en matière de ressources et d’énergie, Audi a lancé le projet Aluminium Closed Loop. Les chutes sont retournées à des fournisseurs et sont reconfectionnées. Rien qu’en 2018, 70 000 tonnes d’équivalent CO₂ ont été ainsi économisées. Pour la production durable du boîtier de batterie, Audi a été le premier constructeur automobile à se voir récompensé du certificat de développement durable de l’Aluminium Stewardship Initiative (ASI).

Audi utilise actuellement

15

%

de matériaux à base d’aluminium en moyenne, tendance à la hausse

2018

70 000

tonnes

d’équivalent CO₂ économisées grâce au projet Aluminium Closed Loop

Cela correspond à

39

%

d’économie des émissions de CO₂ imputables

Ce ne sont que quelques-uns des domaines dans lesquels Audi promeut l’action durable afin de boucler les cycles de vie des matières au sens de l’économie circulaire. Et elles le démontre: ça marche.

Audi sur la voie de l’économie circulaire

  • Pour Audi, le développement durable est synonyme de pérennité et constitue la base de toutes les activités économiques. L’entreprise s’engage pour les objectifs de développement durable des Nations Unies (SDG).
  • Audi collabore dans différentes initiatives, associations et groupes de travail, comme par exemple la Global Battery Alliance ou l’Aluminium Stewardship Initiative (ASI), afin de promouvoir des thèmes écologiques, économiques et sociaux en collaboration avec d’autres parties prenantes.
  • L’entreprise ne se contente pas de prendre en compte les émissions pendant l’utilisation d’un véhicule, mais également l’ensemble du cycle de vie des véhicules. D’ici à la fin 2025, Audi compte réduire la charge environnementale des sites du groupe de 35 pour cent par véhicule produit par rapport à l’année de référence 2010. L’économie en boucle fermée constitue un objectif à long terme.
  • La vision d’Audi est de produire sur tous ses sites d’une manière totalement neutre en CO₂ et sans eaux usées, comme c’est déjà le cas aujourd’hui dans les usines de Bruxelles (neutre en CO₂) et de San José Chiapa (sans eaux usées).