• A8 L
    A8 L
    Prix: dès 109'480.00 CHF**

    Consommation (mixte)*: 8.0–5.6 l/100 km

    Émissions de CO2 (mixtes)*: 182–146 g/km

    **Prix mentionnés avec Bonus Premium inclus.

  • A4 Avant g-tron
    A4 Avant g-tron

    Consommation (mixte)*: 4.3–3.8 l/100 km CNG | Benzin 6,5–5,5 l/100 km

    Émissions de CO2 (mixtes)*: 117–111 g/km CNG | Benzin 147–139 g/km

    L’Audi A4 Avant g-tron de l’année-modèle en cours (2018) est en rupture de stock et ne peut donc plus être commandée. Vous trouverez des véhicules d’occasion du modèle actuel chez votre partenaire Audi.

  • A5 Sportback g-tron
    A5 Sportback g-tron

    Consommation (mixte)*: 4.3–4.1 l/100 km CNG | Benzin 6,4–6,1 l/100 km

    Émissions de CO2 (mixtes)*: 115–111 g/km CNG | Benzin 147–139 g/km

    L’Audi A5 Sportback g-tron de l’année-modèle en cours (2018) est en rupture de stock et ne peut donc plus être commandée. Vous trouverez des véhicules d’occasion du modèle actuel chez votre partenaire Audi.

  • Modèles Audi g-tron
layer-image-original-teile-verwertungswege.jpg

Les chemins du recyclage

Audi s’est fixé comme objectif de recycler les déchets repris au plus haut niveau possible. À condition que cela soit techniquement faisable, économiquement utile et réalisable dans la pratique.

Par la suite, nous montrons, pour quelques groupes de produits choisis, le chemin de recyclage pris par les déchets après leur enlèvement à l’atelier. Pour des raisons de protection de données, aucune société ne sera citée nommément.

Notre objectif: le recyclage au plus haut niveau de matière valorisable

Choisissez un groupe de produits dans la liste suivante et obtenez de plus amples informations sur le recyclage des déchets y relatifs.

Les airbags sont en mesure de gonfler en l’espace de quelques millisecondes afin de former des coussins antichoc protégeant les passagers. Afin d’obtenir un temps de réaction aussi court, l’utilisation d’explosifs en quantité infinitésimale est nécessaire. En tant que pièces touchant à la sécurité, les airbags, d’ailleurs clairement identifiables à l’aide de leur numéro de série, sont soumis à des critères de responsabilité produit très sévères. En raison du haut risque de responsabilité, les airbags inutilisables doivent impérativement être enlevés correctement.

Recyclage: les airbags sont transportés dans des installations spécifiques disposant de l’agrément pour le traitement d’explosifs, conformément à la loi sur les explosifs. Les coussins gonflés y sont mis à feu ou démontés afin que l’explosif ne représente plus aucun danger. Les composants en métal sont amenés à la valorisation des métaux, et les composants en matière synthétique au recyclage thermique.
Le liquide de frein contient plus de 50 % de triglycol de méthyle (MTG). Cette substance dispose de propriétés avantageuses telles qu’un point d’ébullition élevé et un grand pouvoir amortissant. L’inconvénient est que le triglycol de méthyle absorbe de l’eau durant sont utilisation (la matière est hygroscopique) ce qui abaisse le point d’ébullition du liquide de frein. Lors d’un freinage prolongé, des bulles de vapeur peuvent se former, ce qui risque de provoquer le non fonctionnement des freins. De plus, les inhibiteurs (substances freinant les réactions chimiques) s’usent et perdent de leur efficacité. En conséquence, les intervalles prescrits pour le changement du liquide de frein sont de deux ans.

Recyclage: le liquide de frein usagé sert à la distillation de la matière première MTG. Seul un produit recyclé de haute qualité, et donc pur, peut être utilisé dans la production de produits neufs.

Le niveau de qualité requis pour les produits recyclés est aussi élevé en raison des exigences de plus en plus hautes en matière de freins de voiture. Les détails du procédé de recyclage sont traités de manière absolument confidentielle par les entreprises de recyclage.
Les feuilles collectées dans les ateliers sont triées dans des installations de tri en fonction de leur qualité et pressées en forme de balle. À l’usine de recyclage, les balles de feuilles sont dissoutes et les feuilles de couleur gênante sont enlevées. Par la suite, les feuilles sont broyées de plus en plus finement et nettoyées soigneusement à plusieurs reprises. Enfin, le matériau est mis dans des extrudeuses, c'est-à-dire des machines servant à la fabrication de pièces en matière thermoplastique. La matière synthétique fondue est filtrée et transformée en granulés.

En fonction de la qualité du matériau de base, les granulés disposent de propriétés particulières et sont utilisés, entre autre, pour la fabrication de conditionnement pour le transport (palettes), composteurs bios, parois antibruit, gouttières électriques et galeries de drainage.

(Source: CCR Schweiz GmbH)
L’additif pour liquide de refroidissement est un mélange chimique de monoéthylène glycol (MEG) et d’additifs. Ce n’est qu’en ajoutant de l’eau que l’on obtient le liquide de refroidissement souhaité. MEG est facilement biodégradable, mais, dans une concentration de plus de 25 %, le produit est cependant considéré comme nocif pour la santé.

Dans l’usine de recyclage, on obtient du liquide usagé pur collecté auprès des prestataires de services la matière première MEG à l’aide d’un procédé de distillation et filtration sophistiqué. Le monoéthylène glycol est ensuite livré au producteur initial de l’additif pour liquide de refroidissement.

En règle générale l’additif pour liquide de refroidissement est mélangé à 50 % d’eau. Le liquide usagé contient donc essentiellement de l’eau.

L’additif pour liquide de refroidissement ne peut pas être recyclé dans son ensemble, mais uniquement sa part de liquide de base (MEG). Celle-ci représente env. 30 % du volume global. Le MEG régénéré, d’une pureté à plus de 95 %, est une solution de remplacement pratiquement identique au produit neuf pour la fabrication d’additifs de liquide de refroidissement.
À l’usine de recyclage, les emballages en plastique sont d’abord séparés, à la main ou à la machine, des matières étrangères telles que les chiffons, boîtes en métal et bouteilles en verre. Les emballages sont broyés dans un concasseur, et les liquides résiduels en sont extraits dans une centrifugeuse. Pour finir, les morceaux de plastique sont nettoyés soigneusement et séchés. La matière synthétique est ensuite emballée après avoir été finement moulue.

Le matériau est utilisé, entre autre, pour la fabrication de plaques de drainage, feuilles de protection, palettes en matière plastique, galeries de drainage et gouttières électriques.

(Source: CCR Schweiz GmbH)
Les emballages des Pièces Audi d’origine sont majoritairement fabriqués en carton ondulé ou en carton gris.

Recyclage: dans les ateliers, le papier et les cartonnages sont collectés dans des containeurs. Les vieux papiers et cartons recyclables sont triés en fonction de leur qualité, pressés sous forme de balle et livrés aux différentes usines à papier, où les cartonnages sont dissous dans de l’eau. Une fois nettoyée de particules étrangères, la bouillie de papier est mélangée avec d’autres matières premières telles que le bois ou la cellulose ainsi qu’avec différent fillers et adjuvants servant à améliorer la qualité de la pâte à papier.

La suspension de fibres cellulosiques dans l’eau est répartie sur des tamis où les fibres se posent et se superposent. En même temps, l’eau s’égoutte ou est aspirée. Une pression mécanique parfait le processus du drainage et densifie la structure du papier. Le bandeau de papier fini est ensuite enroulé pour former des rouleaux de papier.

(Source: CCR Deutschland AG)
Les batteries de démarrage sont quasiment prédestinées au recyclage: elles sont composées à 92 % de plomb qui se recycle assez facilement. Une vraie mine d’or qui peut rapporter gros. Pas étonnant donc que le taux de récupération de batteries usagées se situe à pratiquement 100 %. Cette matière secondaire joue un rôle important sur le marché international du plomb.

Recyclage: les batteries usagées collectées sont livrées à différentes fonderies de plomb où elles sont broyées mécaniquement. Les différents composants sont alors séparés par des procédés spécifiques.

Le plomb est fondu tel quel, affiné et moulé dans des blocs appropriés au marché. L’industrie de batteries ainsi que celle du câble constituent les acheteurs principaux. Le boîtier en matière synthétique est broyé mécaniquement avant d’être recyclé. Les granulés sont utilisés dans l’industrie du plastique, par exemple pour la fabrication de coquille de passage de roue ou de carénages sous plancher.
Lors du recyclage des aérosols, il faut tenir compte du fait que des gaz sont, respectivement risquent d’être libérés en permanence. En conséquence, pour le transport vers le broyeur, l’air est aspiré et nettoyé dans une installation de filtrage au charbon actif. Une atmosphère azoté est maintenue à l’intérieur du broyeur afin d’exclure le danger d’incendie et d’explosion. Ici encore, on aspire les solvants et gaz propulseurs. Dans des colonnes de condensation, les gaz passent à l’état liquide et peuvent ainsi être embouteillés.

Les aérosols broyés sont nettoyés une première fois dans un bain de solvants, et ensuite à l’eau. Les morceaux en plastique et le papier sont éliminés. Avec un séparateur magnétique, les parties métalliques sont triées en pièces en métal ferreux ou non ferreux, pour ensuite être stockées dans des containers séparés.

Via un ferrailleur, les pièces en métal ferreux arrivent dans une aciérie où elles sont fondues afin d’être transformées en de nouveaux produits en acier. L’aluminium est livré à une fonderie d’aluminium et réintègre ainsi le cycle des matières premières.

(Source: CCR Deutschland AG)