Marc Lichte disparaît dans la cabine pour revenir en tenue de mer. L’écran de l’anémomètre indique 22 à 27 nœuds – force 6 sur l’échelle de Beaufort. Un temps de rêve pour faire du voilier. Le petit port est idéalement situé dans la baie de Kiel. Une brise légère invite à un tour en pleine mer, un vent plus soutenu – comme aujourd’hui – suggère plutôt de tirer des bords dans le canal. M. Lichte prépare les voiles, lance le moteur pour larguer les amarres et rentre les premiers pare- battages. Il ma- nœuvre adroitement pour sortir du port puis s’arrête au vent pour hisser les voiles. Concentré, il contrôle en permanence leur position optimale, guette les rafales sur la surface de l’eau et maintient, par de petits mouvements, le yacht sur le meilleur cap.