Choix de la langue

Veuillez sélectionner la langue souhaitée.

Pas à pas

Gagner de l’énergie en marchant. Les dalles intelligentes du designer industriel londonien Laurence Kemball-Cook produisent de l’électricité à partir de l’énergie cinétique des pas.

Texte: Nadine Kaminski | Photo: Jeremy Liebman | Vidéo: Pavegen

Aux heures de pointe, la station de métro Victoria Station fourmille de gens. Alors que Laurence Kemball-Cook se perd dans cette marée humaine, un éclair de génie lui vient. Et si on tirait de l’énergie de tous ces mouvements? Ce designer industriel de 30 ans s’est alors mis à plancher dans son petit appartement sur une technique qui permettrait de transformer la puissance produite par nos pas en électricité. Lorsqu’on pose le pied sur les dalles qu’il a conçues, un mécanisme grâce auquel cinq watts sont produits à chaque pas s’enclenche. Un volant d’inertie situé à l’intérieur des dalles permettant de produire de l’énergie grâce à un champ magnétique est actionné à chaque pas. Appliqué aux zones piétonnes, aux centres commerciaux ou aux aéroports, ce système est le revêtement de sol de demain.

«Nous souhaitons parvenir un jour à proposer Pavegen au même prix que des dalles normales.»

L’idée de Pavegen repose sur la «ludification de la vie». «Pour motiver les gens à innover, il faut créer des systèmes de récompense et offrir une réaction immédiate», confie Kemball-Cook. On avance d’un pas et la lampe s’allume. On se déplace dans un espace Pavegen et on peut décider via une appli de la destination de l’énergie qu’on génère. Veut-on éclairer la façade extérieure de son café préféré? Ou consacrer l’énergie à une bonne cause?

Le modèle triangulaire de Pavegen est facile d’entretien, n’entraîne que peu de frais et est couvert par une garantie de 20 ans. La technique intelligente et un design élégant vont de pair pour le designer. Les systèmes Pavegen renferment de petits émetteurs Bluetooth (des «beacons») qui consignent des données relatives aux mouvements. Ils peuvent ainsi donner des éclaircissements sur les heures de pointe des piétons, mais aussi sur le comportement des consommateurs.

Les dalles ont été posées en 2017 sur Bird Street, une des rues adjacentes à Oxford Street, faisant de celle-ci la première rue intelligente de Londres. En théorie, les véhicules peuvent également produire de l’énergie grâce à la pression qu’ils exercent lorsqu’ils sont à l’arrêt sur le revêtement des routes. La «ludification» durable de la mobilité: peut-on imaginer une vision plus charismatique?