Choix de la langue

Veuillez sélectionner la langue souhaitée.

  • A8 L
    A8 L
    Prix: dès 110'310.00 CHF**

    Consommation de carburant (mixte)*: 8.0–5.6 l/100 km

    Émissions de CO₂: 182–148 g/km

    **Prix mentionnés avec Bonus Premium inclus.

  • SQ5 TFSI
    SQ5 TFSI

    Consommation de carburant (mixte)*: 8.5–8.3 l/100 km

    Émissions de CO₂: 195–189 g/km

    L’Audi SQ5 de l’année-modèle en cours (2018) est en rupture de stock et ne peut donc plus être commandée. Vous trouverez des véhicules d’occasion du modèle actuel chez votre partenaire Audi.

  • SQ7 TDI
    SQ7 TDI
    Prix: dès 103'900.00 CHF**

    Consommation de carburant (mixte)*: 7.6–7.2 l/100 km

    Émissions de CO₂: 199–189 g/km

    **Prix mentionnés avec Bonus Premium inclus.

    L’Audi SQ7 de l’année-modèle en cours (2018) est en rupture de stock et ne peut donc plus être commandée. Vous trouverez des véhicules d’occasion du modèle actuel chez votre partenaire Audi.

  • TTS Coupé
    TTS Coupé

    Consommation de carburant (mixte)*: 7.3–6.7 l/100 km

    Émissions de CO₂: 168–155 g/km

    L’Audi TTS Coupé de l’année-modèle en cours (2018) est en rupture de stock et ne peut donc plus être commandée. Vous trouverez des véhicules d’occasion du modèle actuel chez votre partenaire Audi.

  • TT RS Coupé
    TT RS Coupé

    Consommation de carburant (mixte)*: 8.4–8.2 l/100 km

    Émissions de CO₂: 192–187 g/km

    L’Audi TT RS Coupé de l’année-modèle en cours (2018) est en rupture de stock et ne peut donc plus être commandée. Vous trouverez des véhicules d’occasion du modèle actuel chez votre partenaire Audi.

  • TT RS Roadster
    TT RS Roadster

    Consommation de carburant (mixte)*: 8.5–8.3 l/100 km

    Émissions de CO₂: 194–189 g/km

    L’Audi TT RS Roadster de l’année-modèle en cours (2018) est en rupture de stock et ne peut donc plus être commandée. Vous trouverez des véhicules d’occasion du modèle actuel chez votre partenaire Audi.

  • A4 Avant g-tron
    A4 Avant g-tron

    Consommation de carburant (mixte)*: 4.3–3.8 l/100 km CNG | Benzin 6,5–5,5 l/100 km

    Émissions de CO₂: 117–111 g/km CNG | Benzin 147–139 g/km

    L’Audi A4 Avant g-tron de l’année-modèle en cours (2018) est en rupture de stock et ne peut donc plus être commandée. Vous trouverez des véhicules d’occasion du modèle actuel chez votre partenaire Audi.

  • A5 Sportback g-tron
    A5 Sportback g-tron

    Consommation de carburant (mixte)*: 4.3–4.1 l/100 km CNG | Benzin 6,4–6,1 l/100 km

    Émissions de CO₂: 115–111 g/km CNG | Benzin 147–139 g/km

    L’Audi A5 Sportback g-tron de l’année-modèle en cours (2018) est en rupture de stock et ne peut donc plus être commandée. Vous trouverez des véhicules d’occasion du modèle actuel chez votre partenaire Audi.

  • Modèles Audi g-tron

La mobilité en transition

Dans les années à venir, la façon dont nous nous déplacerons d’un point A à un point B va changer. Les transmissions alternatives joueront un rôle important dans cette transition – aidées par l’arrivée de technologies innovantes qui permettent une conduite automatisée et autonome. Ce changement va de pair avec le développement des agglomérations urbaines.

La numérisation, la mise en réseau et le big data sont devenus des concepts clés du XXIe siècle, dont la portée et le développement ne sont de loin pas encore définitifs: au contraire, ces domaines continueront à évoluer dans les années à venir – en particulier dans les grandes agglomérations. L’urbanisme, les réseaux de transport et les moyens de transport modernes font partie intégrante de ce concept global. Les prototypes tels que l’Audi e-tron quattro concept et l’Audi e-tron Sportback concept donnent déjà un premier aperçu de ce que pourrait être l’avenir de la mobilité pour la marque aux quatre anneaux. Et ils montrent clairement que les véhicules modernes ne sont plus seulement des moyens de transport pour se rendre d’un point A à un point B, mais qu’ils sont plutôt devenus des engins mobiles qui aident le conducteur lors de ses déplacements au moyen des systèmes d’assistance les plus divers. Audi s’efforce également de développer cette technologie et de libérer ainsi le conducteur d’une responsabilité de plus en plus grande pendant la conduite – et, tôt ou tard, de l’intégrer dans les voitures de série.

e-tron sportback

Et ils montrent clairement que les véhicules modernes ne sont plus seulement des moyens de transport pour se rendre d’un point A à un point B, mais qu’ils sont plutôt devenus des engins mobiles qui aident le conducteur lors de ses déplacements au moyen des systèmes d’assistance les plus divers.


Pour que cela soit possible, le véhicule doit contenir des composants électroniques complexes capables de collecter et d’évaluer les données et de les transformer en une action. Les caméras, les capteurs et l’unité centrale de contrôle (zFas) sont en échange constant les uns avec les autres. Les données recueillies sont traitées et affichées via des composants d’infodivertissement pour les conducteurs et les passagers. Le modèle de communication en temps réel sera développé pour la mobilité de demain: non seulement les véhicules et les passagers communiquent entre eux, mais aussi les véhicules et l’environnement, les véhicules et les autres véhicules – et même les véhicules avec l’espace urbain. Bien que cela semble être de la musique d’avenir, divers projets portent déjà sur des disciplines individuelles de ce domaine, qui seront ensuite regroupées dans un avenir lointain.

Ces projets comprennent, par exemple, l’examen de la possibilité d’équiper les routes de caractéristiques supplémentaires à l’avenir. Dans le domaine de l’électromobilité, la technologie Wireless Charging – c’est-à-dire la charge inductive – offre une perspective passionnante. Cette technologie est actuellement destinée à la charge statique dans un emplacement fixe, mais elle pourrait devenir plus dynamique à l’avenir: les routes dites Wireless Charging Roads sont conçues pour garantir que les batteries des véhicules électriques équipés de la technologie correspondante soient chargées lors de la conduite sur des tronçons plus longs équipés de plaques à recharge inductive. Des projets de ce type sont déjà à l’essai aujourd’hui.

À Somerville près de Boston (USA), l’avenir est déjà en route. Audi y est active au niveau de l’urbanisme. Audi travaille avec la ville et les promoteurs immobiliers locaux pour associer intelligemment les technologies et les services dans un système de mobilité intégré. Par exemple, la communication car-to-x peut améliorer la fluidité du trafic dans les villes ou réduire l’espace de mobilité individuelle grâce à des parkings pilotes*. Des experts comme Carlo Ratti croient fermement que cette technologie pourrait, à l’avenir, réduire considérablement non seulement les embouteillages, mais aussi les accidents. L’architecte italien est directeur Senseable City Lab du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et fondateur du cabinet de design Carlo Ratti Associati. S’il existe une excellente adresse dans le monde pour les innovations en lien avec les villes du futur agréables à vivre, c’est bien le laboratoire de Ratti à Cambridge. Dans cette interview, l’architecte donne un aperçu de sa vision des choses.

Grossstadtverkehr bei Nacht
 Vortrag am Massachusetts Institute of Technology (MIT)
Portrait Carlo Ratti

Notre mobilité va changer radicalement dans les années à venir – y compris le trafic routier dans les zones urbaines. Les transmissions alternatives, comme celle purement électrique, sont-elles parmi les protagonistes principales de cette transition?

Sur le plan énergétique, les véhicules électriques pourraient jouer un rôle décisif, car ils fonctionnent avec des énergies renouvelables et peuvent rendre nos systèmes de transport plus durables. Je crois cependant que le plus grand changement arrivera avec les véhicules autonomes. Votre voiture autonome pourrait vous emmener au travail le matin et transporter ensuite un autre membre de la famille ou un voisin quelque part au lieu de rester inutilisée sur une place de parc. Il est probable que la frontière entre transports publics et transports privés ait tendance à disparaître. Néanmoins, notre niveau d’acceptation du partage dépendra de l’évolution de nos valeurs, en particulier en ce qui concerne le rôle de l’automobile en tant que symbole de statut social. Je pense que c’est possible. Il y a plus de 100 ans, le sociologue norvégien Thorstein Veblen a inventé le terme de consommation ostentatoire. Veblen s’était rendu compte qu’à cette époque, les familles n’achetaient des voitures ou autres objets de valeur que pour démontrer leur statut social. Or un changement est en train de se produire actuellement. L’internet et les médias sociaux, de même qu’une révolution urbaine importante, ont créé de nouvelles occasions de montrer son propre statut social, à commencer par le paradigme du partage.

Sur le plan énergétique, les véhicules électriques pourraient jouer un rôle décisif, car ils fonctionnent avec des énergies renouvelables et peuvent rendre nos systèmes de transport plus durables.

Comme vous travaillez au MIT, ce sujet vous est familier. Comment percevez-vous la prise de conscience, l’acceptation dans un environnement qui s’en préoccupe moins? Et que répondez-vous aux sceptiques?

Je crois en l’autonomie de la technologie et je pense qu’elle pourra engendrer une réponse positive de la part des gens. Les sceptiques vont bientôt se taire – tout comme avec la machine à vapeur ou l’automobile du 20e siècle.

e-tron sportback